prendre soin de son dos

1 – Le Rolfing, introduction

La discipline du rolfing est connue depuis les années 1950, Ida Rolf, biochimiste américaine en est la protagoniste. Elle a, par ailleurs, déposé la marque, raison pour laquelle il convient de l’écrire ainsi : le Rolfing® (marque déposée). Cette pratique basée sur l’équilibre de notre structure se distingue du massage du fait que la méthode s’attache essentiellement aux fascias (tissus conjonctifs sous-cutanés). Elle permet de retrouver une meilleure posture verticale, de se remettre d’aplomb tout en travaillant sur la synchronisation des mouvements du corps et de la respiration.

2 – Initiation, bonnes pratiques

Comment faire connaissance avec cette discipline peu connue en France ? La plupart des enseignants au Rolfing® sont certifiés. Ils sont généralement des praticiens de Yoga, méditation et, en règle générale, associés à la médecine douce.

Pour trouver un bon Rolfeur, le bouche à oreille est conseillé parallèlement aux moteurs de recherche disponibles sur Internet. Une première séance d’initiation est souvent proposée afin d’en faire la découverte pour mieux l’appréhender. Toutes ces bases contribuent au bien vivre de l’individu et de soulager des douleurs, tensions, crispations liées à la vie quotidienne et le stress professionnel. Sa pratique s’oppose aux séances d’un kinésithérapeute puisque plus impliquée dans la prévention, l’apprentissage de gestes quotidiens avec pour ambition de soulager en permanence notre corps.

3 – Soigner son corps, soigner son dos

Outre l’invitation à une bonne hygiène de vie, les propositions du Rolfing® tiennent leurs promesses. Les séances s’attachent à la verticalité. Au fur et à mesure, l’élève retrouve une respiration profonde et ample. Pierre angulaire du mieux-être, la respiration (inspiration / expiration synchrones) ! Les différentes parties du corps retrouvent un meilleur alignement, basé sur le travail de l’équilibre, de la liberté de mouvement pour plus de souplesse, une meilleure cambrure, signe de l’évolution. Ainsi le Rolfing® nous ouvre les portes de notre corps pour mieux le comprendre, prendre soin de lui. L’élève sent, au fur et à mesure sa cage thoracique se développer. Les épaules – souvent indicatives d’une mauvaise posture – s’ouvrent et la marche retrouve de l’allégresse.

4 – Comment enseigner le Rolfing

Comme toutes médecines douces, la pratique d’une discipline reconnue nécessite une certification. Quelques rares maitres officient en France après avoir reçu la possibilité d’exercer cette pratique. Il est à noter que les centres de formation sont peu nombreux. Et sont principalement situés à l’étranger ( Grande Bretagne, USA, Allemagne, Canada). Si vous envisagez d’entrer dans l’art de cette pratique, l’idéal est d’aller à la rencontre de ces professionnels. Ceux qui ont une ouverture d’esprit significative, forcément reliée à un univers céleste où ils puisent leur énergie.

5 – Conclusion

Nombreux sont les individus qui souffrent du mal du siècle, du mal au dos et qui ont essayé toutes les techniques de lâcher prise, de traitement par les plantes ou de méthodes plus radicales comme la chirurgie pour se soulager. Le Rolfing® serait-t-il la formule magique pour trouver le soulagement, la liberté ? La question mérite que l’on s’y intéresse. Verticalement.