Au cours de ces dernières années, les dettes des entreprises n’ont cessé de croitre, la situation s’aggrave de plus en plus, selon les études et les analyses faites par S&P Global Ratings. En fait, le risque de liquidité s’amplifie grandement à cause du recours massif aux crédits par les professionnels. De plus, un bon nombre d’emprunteurs sont déjà classés parmi les catégories à haut risque, le remboursement de leurs financements n’est pas vraiment garanti. S&P Global Ratings a aussi ajouté que les contrats avec clause de sauvegarde sont à un taux considérablement bas.

Les divers modes de financement optés par les professionnels

Si elle possède une ressource suffisante, une entreprise n’est pas forcement obligé de recourir à un financement externe auprès des organismes de financement. En effet, elle doit juste avoir assez de budgets pour couvrir ses différents besoins en trésorerie ainsi qu’en investissement si elle souhaite s’autofinancer. Dans le cas contraire, le recours à l’endettement lui sera indispensable. Ainsi, voici les deux possibilités parmi lesquelles elle peut choisir : les capitaux propres et les emprunts bancaires.

La dernière solution, les emprunts bancaires se montrent moins couteux et plus intéressants en matière de prix qu’une ouverture de capital. En fait, l’équilibre financier de la société en question sera en péril si le rapport montant de crédits financiers/capitaux propres arrive au-dessus de 1.

Si une entreprise veut remédier aux déséquilibres engendrés par l’accroissement des dettes, elle peut, toutefois, opter pour le regroupement de crédit avec une simulation de rachat de credit. Ce dernier lui permet d’optimiser la gestion des remboursements, ainsi de jouir d’une solution convaincante face à sa situation.

Les dettes s’accroissent, un phénomène à l’échelle planétaire

En 2018, les dettes s’élevaient à 178 milliards de dollars, en effet, elles augmentent à une grande vitesse. Ce montant représente aux environs de 235% du PIB mondial, il regroupe tous les encours de prêts accordés aux gouvernements, aux différentes entreprises et sociétés, ainsi qu’aux particuliers.

L’augmentation brusque de la dette publique pour les pays développés s’avère être la principale cause de cette situation, selon S&P Global Ratings. Durant ces dix dernières années, les dettes des pays européens se sont augmentées de 2 800 milliards de dollars, en outre, celles des États-Unis ont dépassé les environs de 10 500 milliards de dollars.

D’un autre côté, 29 milliards de dollars ont été comptés pour le compte de la Chine, des dettes octroyées par des sociétés privées, soit 155% de son PIB.

Heureusement pour la France, selon l’agence de notation financière S&P Global Ratings, le risque s’avère être plus faible, même si on a enregistré près de 4 000 milliards de dollars de dettes d’entreprises, 175% du PIB du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.